La Ligue séparatiste / Ligue des séparatistes

Guildes de roleplay intégral (RPvE) @ KirinTor
 
AccueilCodexS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire de l'Asile Zappécrou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vilzink
Tribun
Tribun
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 24/04/2016
Age : 17
Localisation : Silithus

MessageSujet: Histoire de l'Asile Zappécrou   Dim 9 Oct - 17:39

HRP :
Spoiler:
 

Chronologie pour ceux qui seraient perdus  (attention, peut contenir des informations sur le déroulé de l'histoire) :

Spoiler:
 
RP :

Citation :

Histoire de l'Asile Zappécrou
par Trixie Zappécrou


         À l'origine, le nom de Zappécrou était seulement celui de Kerdick Zappécrou, un gnome forgénieur connu pour une de ses armes : le Marteau-Rouage. Cette arme avait fait de lui une icône dans l'armée gnome, à tel point qu'on lui confia sa propre escouade en 95 après la fin de la royauté : l'Escouade Zappécrou, tous équipés de Marteaux-Rouages. Ce gnome a vécu peu avant la Guerre des Trois Marteaux, atteignant ses 135 ans lors de cette guerre, en 145 après la fin de la royauté. Il mourra prématurément, à 147 ans, face à des troggs, lors d'une patrouille. Son fils, Terkerk, est né en 70 après la fin de la royauté, alors que son père était encore jeune. Il grandit aux côtés de son père, élevé dans un certain respect grâce au statut de son père. Il reçut une éducation scientifique, politique et historique, grâce à laquelle il fit ce constat sur la société gnome : tout mettre entre les mains des personnes les plus douées en ingénierie ne mènerait qu'à la chute de cette civilisation. Bien qu'il essayât sans relâche de faire comprendre cela à son père, ce dernier restât sourd à ses avertissements, sans doute car il profitait des privilèges de cette société. C'est pourquoi à la mort de son père, Terkerk, du haut de ses 87 ans, fût propulsé à la tête de l'Escouade Zappécrou. Il n'y restât que peu de temps, à savoir 4 ans, avant de la dissoudre, et de partir avec ses plus fervents partisans, ceux qu'il avait convaincu à l'université ou au sein de l'armée des artisans, ainsi qu'avec la quasi-totalité de l'Escouade, dans les montagnes au Sud-Est du Loch Modan, dans lesquelles il fonda l'Asile Zappécrou, où tous les gnomes ne souhaitant pas faire partie de la société technocratique pouvait trouver refuge.

         Terkerk avait cependant réussi à conserver des relations cordiales avec le gouvernement gnome, par le biais du commerce, l'héritier Zappécrou étant un très bon fabricant d'armes à feu, en particulier de fusil, qu'il vendait à prix d'or, ce qui lui valut le surnom de ''Gobelin du Loch''. Ces bonnes relations commerciales permirent à Terkerk de retrouver une de ses anciennes amies qui n'avait jamais compris sa volonté de reformer la société gnome, Kirla. De fil en aiguille, Kirla vint  habiter à l'Asile en 172 après la royauté, puis, 4 ans plus tard, se maria avec Terkerk. De cette union naquirent deux fils : Gelt et Trik, nés respectivement en 196 et 216 après la royauté. Encore une fois, les relations cordiales que Terkerk avait entretenues avec le gouvernement gnome permirent à ses fils de faire leurs études là-bas. Après ses études, Gelt se spécialisa en chirurgie, tandis que Trik se spécialisa dans les artifices explosifs, et devint un maître-artificier. Lors de leurs études, ils rencontrèrent chacun leur future femme : une certaine Vrixie pour Gelt, une dénommée Jarluse pour Trik. Ils développèrent aussi chacun leurs opinions politiques, bien qu'influencés par leur père : Gelt se révéla un partisan du ralliement du gouvernement gnome, la capitale de Gnomeregan ayant été construite en 205, tandis que Trik s'avéra plus extrémiste que son père. Pour éviter que Gelt ne fasse trop de zèle, Terkerk lui permis de s'installer avec sa femme à Gnomeregan pour servir dans l'armée gnome en tant que chirurgien, à condition de faire rapatrier ses enfants à l'Asile pour que la descendance de Terkerk y reste. Ce marché, lorsqu’il fut connu, ne participa pas à redorer l'image de Terkerk chez les gnomes de Gnomeregan lorsque Gelt le révéla.

          Après que les premiers fils de Gelt et Trik naquirent, sous les noms de Valnein et Nirvan en 268 et 274 après l'abolition de la royauté, Terkerk lança une expédition à Uldaman avec quelques membres armés de l'Asile, et trouva là-bas des indications sur une antique cité titane, bien plus grande qu'Uldaman, dans un continent au nord des royaumes de l'est. Avec une partie de sa fortune, Terkerk acheta un bateau à des négociants gobelins et partit en 278 pour découvrir cette cité. Il ne revint que bien plus tard, mais ceci n'est pas le propos. Gelt fut alors nommé régent de l'Asile, ce dernier suivant la logique de passation de pouvoir suivante : la régence va à l'héritier le plus proche, impérativement né du sang d'un Zappécrou. S'ensuit alors une période où les relations avec Gnomeregan s'adoucirent encore plus, l'Asile ressemblant de plus en plus à un simple campement gnome au Loch Modan. Deux nouveaux-nés Zappécrou naquirent également : Pilbein, fils de Trik et Jarluse, en 283, cette dernière mourant en couche, et Trixie – moi-même ! - en 295, fille de Gelt et Vrixie. En 288, Kirla mourut également, ayant contracté une maladie dont le remède n'avait pu être trouvé.

          Cependant, l'évolution de l'Asile dans ce sens ne plaisait pas à une certaine personne : Trik. Ce dernier, en secret, ourdissait un rapprochement avec les Sombrefers, afin de faire tomber son frère qui, selon lui, trahissait la pensée de son père. Ainsi, en 339, après plus de 60 ans de domination d'une pensée modératrice à l'Asile, Trik arrivât à ses fins : lors d'un sommet diplomatique organisé à l'Asile, Trik et ses alliés Sombrefers, accompagnés par certains membres de l'Asile souhaitant honorer la pensée de Terkerk, usèrent d'explosifs et de fusils pour tuer les représentants gnomes et Barde-de-Bronze. Cependant, un témoin en réchappa et put témoigner en la faveur de Gelt et inculpa Trik. La cause de ce dernier et du reste de l'Asile fut plaidée par Gelt afin que l'Asile reste en place, mais pas dirigé par son fils, Valnein, ce dernier étant parti faire des études approfondies à l'Université d'Hurlevent, ayant pour projet de suivre un maximum de cours : il comptait partir ensuite pour l'Université Générale Gobeline. Non, il proposa d'introniser régent Pilbein, le fils de son frère. Le tribunal nain accepta cela par respect pour Gelt, ce dernier étant devenu un chirurgien renommé au sein des armées de Khaz Modan. Trik partit en exil à Ombreforge, se sachant en danger dans les terres de Khaz Modan. À seulement 56 ans, Pilbein s'était donc retrouvé à la tête d'une entité politique relativement influente dans la région, avec une puissance économique relative, et peu de personne pour l'épauler : son oncle ne voulait plus rien avoir à faire avec l'Asile, tandis que son père ne pouvait servir plus que d'ambassadeur auprès des Sombrefers. Son grand frère, Nirvan, était devenu l'aide d'un conseiller gnome ayant adhéré à la cause de l'Asile, sans rejoindre explicitement ce dernier : Karvik Thermojoncteur. Seul sa jeune cousine Trixie restait pour l'aider, ainsi que tous les artisans et soldats vivants à l'Asile.


Dernière édition par Vilzink le Ven 11 Nov - 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vilzink
Tribun
Tribun
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 24/04/2016
Age : 17
Localisation : Silithus

MessageSujet: Re: Histoire de l'Asile Zappécrou   Mar 11 Oct - 16:48

HRP :

Chronologie :

Spoiler:
 

RP :

Citation :

Ainsi donc, Pilbein tenta de diriger tant bien que mal l'Asile, rencontrant quelques problèmes dans les relations politiques, Gnomeregan et Forgefer  tenant encore rancœur aux gnomes de l'Asile, malgré le marché passé par Gelt. Cependant, les premiers événements notables eurent lieu en 375 après l'abolition de la royauté, l'année noire telle qu'elle est appelée : la chute de Hurlevent. L'Asile, mal considéré par les futures nations de l'Alliance de Lordaeron, n'aida pas cette dernière durant la seconde guerre. Cela n'aida pas à améliorer les relations, encore une fois, mais cette période de temps permis à des ambassadeurs de l'Asile de parvenir dans les capitales naines et gnomes, de manière discrète et non-officielle. Cela a eu pour effet de faire entrer en contact Pilbein et un archéologue de la Ligue des Explorateurs, Geleron Baguefer. Cela permit, grâce à l'accès à des livres de la Bibliothèque du Hall des Explorateurs obtenus par Geleron, la construction de la Bibliothèque de l'Asile et la formation des Opérations Spéciales Zappécrou, - dirigées par moi-même – afin de mener des opérations discrètes pour le compte de l'Asile et, dans un premier temps, récupérer un maximum de documents pour fournir la bibliothèque.

Jusqu'au début de la Troisième Guerre, l'Asile continua cette politique de neutralité, tentant d'influencer les populations gnomes, et en moindre mesure naines, pour les rallier. Pendant ce temps, à Gnomeregan, Karvik Thermojoncteur était mort, et son fils Psiko était devenu le conseiller du nouveau Grand Bricoleur, Gelbin Mekkanivelle. Nirvan, lui, avait rejoint ce dernier, occupant la place d'espion de l'Asile et d'aide de Thermojoncteur, qu'il trouvait cependant bien moins avisé que son père. En 400, lors de la chute de Gnomeregan, qui fut du fait de Thermojoncteur, Pilbein cru perdre son grand frère. Cependant, il reçu vite un message, envoyé via un des communicateurs de Gnomeregan, lui apprenant que Nirvan était toujours vivant, et qu'il n'avait été que peu touché par la toxine. Il était devenu le commandant des forces armées des gnomes lépreux. Ensuite, lors des événements de Rochenoire, où Ragnaros et Nefarian furent défait pour la première fois, la Force d'Intervention Zappécrou, nouvellement créée, fut envoyée. Cette Force d'Intervention est composée de soldats, soigneurs et ingénieurs de guerre, et sert durant les mobilisations totales, afin d'avoir une certaine puissance militaire. Cette Force militaire, à Rochenoire, fut envoyée pour servir d'aide aux Sombrefers, coordonnée par Trik Zappécrou. Ainsi donc, elle n'aida pas les forces de l'Alliance, mais affronta néanmoins les esclavagistes élémentaires de feu et la Horde Noire, dirigé par Rend Main Noire et Victor Nefarius. Cette force armée put briller à nouveau lors de la Seconde Guerre des Sables Changeants, lors de l'Ouverture des Portes d'Ahn'Qiraj. Là-bas, la force armée fut coordonnée par Pilbein, parti en personne pour diriger ses troupes, ainsi que par Vilzink Tranchécrou, un aqiroloque gobelin, ancien ami d'étude de Valnein avec qui Pilbein échangea des lettres depuis la disparition de Valnein, en 388 après l'abolition de la royauté. Ce fut leur première rencontre, et Vilzink rejoint officiellement l'Asile Zappécrou à cette date.

L'événement suivant qui permit à l'Asile de participer à la géopolitique d'Azeroth fut l'Ouverture de la Porte des Ténèbres, en 402 : Pilbein, prenant sur lui, proposa à Mekkanivelle, par le biais de lettres, d'ajouter la Force d'Intervention Zappécrou à l'armée gnome pour l'Offensive. Ceci permit d'atténuer les relations entre Gnomeregan et l'Asile. La Force d'Intervention fut présente dans les Tranchantes, en soutien de l'armée gnome officielle. L'année suivante, en 403, Pilbein créa l'Expédition Zappécrou pour effectuer la Campagne du Norfendre. Il ne souhaitait pas accompagner l'armée gnomes cette fois-ci, ayant entendu dans son enfance que son grand-père était parti dans un continent glacé au nord pour trouver une ancienne cité titane. Par cette Expédition, il espérait avoir un aperçu des ressources du continent, une possibilité d'une exploration et surtout une plus grande indépendance. Cette Expédition était en effet, à l'inverse de la Force d'Intervention Zappécrou, composée en plus des nombreux militaires d'artisans, d'explorateurs et scientifiques. Cette expédition porta à moitié ses fruits, puisque Pilbein retrouva une des dernières création de son grand-père, un fusil nommé le Dévastateur Titanesque ZT-145, dans une caverne abandonnée mais anciennement habitée par une expédition. D'abord étonné par cette trouvaille, les initiales T.Z. gravées sur la crosse, avec le ''T'' représenté par le Marteau-Rouage emblématique de la famille, lui certifia l'origine du fusil, créé avec des technologies titanes. Depuis ce jour, ce fusil est l'arme de Pilbein, qu'il utilise principalement sur le front en compagnie de ses automates, des animaux mécaniques qu'il utilise pour combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Vilzink
Tribun
Tribun
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 24/04/2016
Age : 17
Localisation : Silithus

MessageSujet: Re: Histoire de l'Asile Zappécrou   Mer 12 Oct - 13:23

HRP :

Chronologie :
Spoiler:
 

RP :

Citation :
Après le Cataclysme, deux autres choses bouleversèrent la vie à l'Asile : la première fut le retour de Valnein, qui revint de son exil volontaire dans le nord de Kalimdor. Perturbé par le Cataclysme, comme de nombreuses personnes, il décida de revenir aider l'Asile familial avec ses nouveaux pouvoirs de démoniste, pouvoirs qu'il avait découvert durant son exil. Il fut accueilli avec honneurs par Pilbein, mais refusa de prendre la place qui lui revenait pourtant de droit : celle de régent de l'Asile. Il décida plutôt de rester à l'Asile, mais uniquement pour faire des recherches grâce aux livres de la bibliothèque et ses propres capacités en démonologie. La seconde chose fut le retour de Trik : une fois le Conseil des Trois Marteaux formé, les Sombrefers furent réintégrés à Forgefer, et Trik profita de cette réinsertion afin de revenir à l'Asile. Les Sombrefers négocièrent avec leur confrère la grâce de Trik, qui fut acceptée tant qu'il ne mettait pas les pieds dans des villes naines autres que Sombrefers. Trik devint alors un des ambassadeurs de l'Asile, et le régent lorsque Pilbein n'est pas présent à l'Asile. De part son passé sulfureux, Trik avait lui aussi refusé de prendre la tête de l'Asile, considérant que son fils était un meilleur leader qu'il ne le serait.

Ces retours furent accompagnés du retour du commerce parmi les activités de l'Asile, cet aspect ayant été négligé durant le début du Veme siècle. Ainsi donc, les artisans de l'Asile furent mobilisés, et les sous-sols des bâtiments furent encore agrandis, comme ce fut le cas après l'arrivée de Pilbein au pouvoir. Dans cette nouvelle aile, des machines furent installées, afin de se concentrer sur le domaine principal dans lequel l'Asile avait excellé par le passé : la création de fusil, héritage de Terkerk. L'Asile, par cette initiative, redevint une puissance économique mineure dans la région. Seulement, les événements survenus après le Cataclysme, couplés à la proximité des Hautes-Terres du Crépuscule, empêchèrent Pilbein de se concentrer uniquement sur la politique et sur l'économie, ce dernier devant envoyer et coordonner les forces de l'Asile pour affronter le Marteau du Crépuscule au Loch et aux Hautes-Terres.

Quelques années plus tard, lors de la découverte de la Pandarie, en 407, Pilbein accompagna la Force d'Intervention Zappécrou sur ce nouveau continent. Cette dernière arriva lors de la formation de l'Opération Bouclier, mais faussa compagnie à cette dernière juste après son arrivée. Elle s'installa dans l'est de la Vallée des Quatre Vents, et constitua le pied-à-terre des membres de l'Asile pour la découverte de la Pandarie. La Force d'Intervention Zappécrou sera également présente, avec quelques effectifs durant la campagne des Tarides et le Siège d'Orgrimmar. Lors de l'arrivée en Draenor, l'Asile Zappécrou fit partie des organismes à envoyer des troupes sur la planète, à savoir l'Expédition Zappécrou toute entière, accompagnée par Valnein, Pilbein, Vilzink, Geleron et Trixie, Trik s'occupant de la régence de l'Asile. Dans la Vallée d'Ombrelune fut créé le Fort Zappécrou, base des membres de l'Asile dans ce monde hostile. Les forces de l'Asile participèrent de manière plus ou moins directes aux différents conflits de Draenor, contre les ogres, la Horde de Fer ou les démons. L'Expédition rentra en Azeroth juste après la chute d'Archimonde, et l'Asile repris un train de vie relativement normal.

Durant ce laps de temps, Pilbein rencontra , lors d'un séjour à Hurlevent, le Géologue Macheferrac Piolet-d'orage, membre du Conseil Suprème de la Ligue des Séparatistes, afin de faire rejoindre à la Ligue l'Asile, et trouver des alliés indépendants de l'Alliance et de la Horde dans ce monde. Cependant, après quelques mois de calme relatif, des auspices funestes arrivèrent dans les capitales, avertissant d'un danger imminent. Parmi les membres de l'Asile, Vilzink parti enquêter sur les réactions des Qirajis, et Valnein sur les flux d'énergie démoniaques en Azeroth. Seulement deux semaines après ces enquêtes, la Légion lança des invasions en Azeroth. Si la plupart des membres de l'Asile se contentèrent de défendre Dun Morogh, Vilzink participa à l'assaut sur le rivage brisé avec la Ligue des Séparatistes, défendit les régions des Tarides et d'Azshara et participa à la défense de Dalaran. Après cette dernière, il se retira à l'Asile avec Valnein, afin de terminer sa formation de démoniste, afin d'avoir plus de pouvoir que son Qiraji pour affronter la Légion. Il choisit également d'utiliser un antique artefact comme arme, artefact qu'il avait exhumé dans la Cité d'Ahn'Qiraj : le sceptre d'Azj'Aqir, un sorcier Tol'Vir acquis à la cause des Qirajis. Il avait toujours refusé d'utiliser cette antique arme, par respect et surtout par crainte de sa puissance qui aurait pu s'avérer trop grande. Il se fit également tisser une tenue du vide par un tailleur de l'Asile, incrustée d'un cristal de vide au centre. Il se balade désormais avec Zag'Gor, son marcheur du vide, qui lui sert de garde du corps, tout comme son Qiraji. Ce démon était le seul que le Qiraji n’attaquait pas à l'invocation. Lors de l'Assaut sur les Îles Brisées, l'Asile Zappécrou divisa ses forces en deux : une partie, dirigée par Pilbein et Trik, partit pour Tornheim, des bâtiments titans ayant été aperçus là-bas, tandis qu'une seconde, menée par Vilzink et Valnein, se retrouva en Azsuna, attirée par les forces magiques de la région.

HRP :

J'ai fini la partie globale du récit sur l'Asile Zappécrou. Maintenant, je vais ajouter des passages, récits, tranches de vie sur les membres de l'Asile, qu'ils soient Zappécrou où non.
Revenir en haut Aller en bas
Vilzink
Tribun
Tribun
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 24/04/2016
Age : 17
Localisation : Silithus

MessageSujet: Re: Histoire de l'Asile Zappécrou   Ven 11 Nov - 20:02

Tranches de vie :
tirées pour la plupart des journaux personnels1 des membres de l'Asile



La rencontre entre Trik Zappécrou et Tezarion Prestelame :
Extrait du propre journal de Trik

Posté au sud des Hautes-Terres Arathies, au nord du Viaduc de Thandol, j'attendais. Pilbein avait eu une sacrée idée de me poster ici, moi, son père, avec des Sombrefers, et ça juste pour atténuer l'inimitié que me portait le Conseil des Trois-Marteaux. Pas que je n'aime pas les Sombrefers,  – bien au contraire d'ailleurs, il s'agit des seuls nains que je supporte – mais ce lieu était humide, près de campement ogres, trolls et humains, et ma mission était simplement de coordonner l'endroit. J'avais seulement quatre nains avec moi, un nombre dérisoire pour une position si stratégique. Leurs noms étaient... Gorgious je crois... Bref, pas important2. Cette nuit là, j'étais de garde, seul évidemment, la zone étant relativement calme la nuit malgré les campements alentours. Après tout, même ces races dorment.

Cependant, un bruit troubla alors la tranquillité du lieu. Il venait de derrière une colline, et ressemblait à un bruit de raptor que l'on tue. Je pris alors ma lanterne dans une main, un bâton d'explosif dans l'autre3, et m'avançait vers l'endroit d'où provenait ce son. La colline était espacé de quelques centaines de mètres, et une fois monté au sommet, j’aperçus la lueur d'un petit feu. Un homme, dont le corps était caché par une longue cape noire et l'arrière du crâne dissimulé par une capuche, était assis, me tournant le dos, et récoltait le sang du raptor, laissant la viande de côté. Avec une certaine prudence, je m'approchai, cachant le bâton de dynamite derrière moi mais me préparant mentalement à l'incantation d'un sort de feu. Après tout, étant un humain, il avait des chances d'être de l'Alliance – et donc, par extension, mon allié. Je mis une main sur son épaule, me préparant à l'inviter au camp malgré mon dégoût.

C'est à ce moment là que commence l'intérêt de cette anecdote : la personne qui se retourna, avec des dagues à la main, n'était pas humaine. Ce n'était pas un elfe quelconque ou un orc maigre, ni même un troll. À vrai dire elle n'était même pas vivante. Sa tête était extrêmement pâle, ses yeux jaunes, et  sa pose peu assurée : on pouvait voir dans son regard un désarroi, comme si il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un veuille lui parler. J'avais déjà entendu parler de ces créatures, les ''Réprouvés'' comme ils s'appellent, mais je n'en avais jamais vu de mes yeux. D'après les récits qu'on m'en avait fait, peu d'entre eux d'ailleurs aurait hésité ne serait-ce qu'une seconde avant de tuer un gnome comme moi. Mais celui qui me faisait face ce jour là est resté pendant une minute à me regarder, pendant que je le regardait moi-même. Puis il prit enfin la parole :

- Même les vivants me traquent, maintenant ? Leur soi-disant libre-arbitre ne serait-il qu'un mensonge ?

Au vu de sa réaction, une curiosité nouvelle s'empara de moi : je ne ressentais plus de dégoût pour lui, uniquement de l'envie d'en savoir plus. Je lui répondis donc :

- Je ne vous traque pas, rassurez-vous. Cependant, j'aimerais vous poser quelques questions.

- Allez-y, j'ai tout le temps qui existera jamais devant moi...

- J'aimerai tout d'abord savoir qui vous traque.

- Qui me traque ? Les survivants de mon escouade de nécrotraqueurs. Ma dague n'était pas assez assurée, et certain en ont réchappé. Depuis, ils veulent ma mort, pour avoir refusé d'être le bon esclave de la Reine-Banshee.

- Ainsi donc vous êtes un rebelle envers votre peuple ? Cela nous fait un point commun... Mais maintenant dîtes-moi... Pourquoi ne pas me tuer ?

- Vous ne l'avez pas fait alors que vous en avez l'occasion. Ce respect de la vie... Et même de la non-vie est appréciable, fascinant. Même moi, je me considère comme une aberration. Pourquoi vous tuerais-je, vous qui êtes une forme de vie naturelle ?

- Quelle question, en effet... Passons. Qu'avez-vous fait de ce raptor ? Pourquoi drainez-vous son sang ?

- Pour me refabriquer du poison. Voyez-vous, le mien est épuisé.

- D'accord. Et maintenant, ma dernière question : où allez-vous ?

- Je ne vais nulle part réellement... Je fuis, tout au plus.

Satisfait de ses réponses, je commençai à entrevoir une utilité à cette... Chose. Je lui posai ma dernière question :

- Vous fabriquez des poisons, vous étiez nécrotraqueur... J'imagine que vous avez des compétences pour le meurtre ?

- D'après l'avis même du Commandant des nécrotraqueurs Belmont, j'étais le meilleur assassin qu'il n'avait jamais vu... Du moins, c'est-ce qu'il dit. Vous savez ce qu'est la vérité pour les Réprouvés...

Disant cela, il m'avait quitté des yeux, et contemplait ses dagues, des sortes de Kriss encore recouvert du sang du raptor, sang avec des reflets verdâtres, provenant surement des herbes qu'il avait rajouté pour confectionner le poison. Cette confiance, ou ce manque de jugeote au choix, me marqua profondément : si je voulais en faire un assassin, je devrai m'armer de patience. Je lui fit néanmoins la proposition :

- Très bien. Vous n'avez donc pas de but, et nourrissez une haine envers Sylvanas et les Réprouvés... Que diriez vous de rejoindre l'Asile Zappécrou, une sorte de nation gnome indépendante ? Vous pourriez y servir en tant qu'assassin et préparer votre vengeance.

- Qui êtes-vous par rapport à cette Asile ?

- Trik Zappécrou, père de Pilbein Zappécrou, ce dernier étant le maître de l'Asile. Mais vous faire entrez ne posera aucun problème...4






-----------------------
Notes par Pilbein Zappécrou : 

1 - Les membres de l'Asile ont des journaux intimes ? Alors qu'ils doivent garantir la sécurité ?!

2 - Et ce gnome est mon principal diplomate... Heureusement qu'en plus les Sombrefers sont une des rares races qui trouvent grâce à ses yeux...

3 - Diplomatie et discrétion... Les deux plus grandes qualités de mon père. Plus sérieusement, le fait qu'un pyromancien se batte à l'aide d'explosif ne me choque pas : après tout, mon pèr est un maître artificier. Qu'il choisisse cela à ses sorts pour une défense discrète est... Plus étonnant.

4 - La fin de l'histoire est que Tezarion entre à notre service en tant qu'assassin, la plupart du temps pour mon père. Je m'en servi également quelques fois, et il nous aida particulièrement en Draenor. Pour la liste des victimes, voyez avec Trixie, si votre accréditation est suffisante...
Revenir en haut Aller en bas
Vilzink
Tribun
Tribun
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 24/04/2016
Age : 17
Localisation : Silithus

MessageSujet: Re: Histoire de l'Asile Zappécrou   Mar 13 Juin - 8:38

Discours de Pilbein Zappécrou avant le départ des troupes Zappécrou pour l'Asile
retranscrit sur place par Trixie




    « Vous vous demandez sûrement pourquoi je demande à la grande majorité des membres de l'Asile, civils comme militaires, de prendre part à cette campagne sur les Îles Brisées, et pourquoi je ne me contente pas d'envoyer une escouade avec les forces de Gnomeregan. C'est très simple : j'entrevois un moyen, grâce à cette campagne, de rallier les gnomes. Le projet de l'Asile est de devenir un élément durable de la société gnome, indépendant de Gnomeregan. C'est la seconde raison pour laquelle l'Asile ne se liguera jamais derrière Gnomeregan ! L'Outreterre était une erreur, et la reprise de Gnomeregan, un prétexte ! Aujourd'hui, si je devais dire quelque chose à propos de Gnomeregan, je dirais deux choses. Je dirais que Gnomeregan n'est plus que le rêve avorté de Gelbin pour régner. C'est à dire, rien d'important. Je dirais que Gnomeregan est morte, et que l'Asile se doit de prendre la relève ! Et pour cela, les Îles Brisées font partie intégrante de ce projet : d'une part nous aiderons à l'effort de guerre face à la Légion, et d'autre part, nous montrerons toutes nos faces à Dalaran, et au monde, grâce aux civils et aux militaires. C'est pour cela que je vous demande votre aide, maintenant : car la diaspora ne doit pas se faire uniquement sur les Îles Brisées. Ce projet, moi, je le porterai dans la durée, je le porterai jusqu’au bout, mais maintenant, votre responsabilité, c’est d’aller partout en Azeroth, pour le porter, et pour le propager ! Ce que je veux, c’est que vous, partout, vous alliez le faire connaître, parce que c’est notre projet ! Vive l'Asile! Vive les gnomes !"
Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de l'Asile Zappécrou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ligue séparatiste / Ligue des séparatistes :: Écrits d'Azeroth et de Draenor (Rubriques roleplay) :: Lettres-
Sauter vers: