La Ligue séparatiste / Ligue des séparatistes

Guildes de roleplay intégral (RPvE) @ KirinTor
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Intervention] La malédiction d'Atoï la Momie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ajaxandriel
Haut-examinateur
Haut-examinateur


Messages : 691
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 29
Localisation : Ruines de Lune-d'Argent

MessageSujet: [Intervention] La malédiction d'Atoï la Momie   Mar 13 Aoû - 16:53

Prologue

Rumeurs de la fin de l’An 31…

« Faites attention, les gars ! On est encore assailli par des saccageurs taurens et plus inquiétant, ça fait quelques jours qu’on nous signale qu’un Troll sauvage rôderait dans not’ camp ! On a déjà découvert plusieurs fouilleurs morts à qui on avait enl’vé la tête, et beaucoup d’autres ont disparu sans laisser d’traces ! »

Macheferrac Piolet-d’Orage et Tido Isli n’avaient rien pour être rassurés en entendant leur guide lorsqu’ils arrivèrent dans cette aile de Bael Modan, vaste site de fouille nain dans les Tarides du sud. Déjà, l’expédition Piolet-d’Orage avait signé un acte de coopération avec la Ligue des explorateurs qui fouillaient le terrain : Macheferrac espérait pouvoir convaincre les indigènes taurens de cesser les attaques contre le site, en l’échange de garanties, et grâce à l’influence des réseaux de la Ligue naturaliste par-delà les frontières. Malheureusement il dut vite déchanter en voyant l’ampleur des excavations. Comment faire avaler une telle mine à ciel ouvert sur leurs terres sacrées aux indigènes ? Ces rumeurs d’assassin troll rôdant dans les ruines en sus de tout n’avait rien pour le rassurer en effet.

« Nom d’une chopine ! …Quelle boucherie…! Je dois alerter le camp d’base ! J’vous laisse ici. Je serais vous, je filerais en vitesse !! »

Le guide, à la peau tannée par la vie dans ces savanes et dont la barbe dorée luisait au soleil, arrêta net quand ils tombèrent sur une pile de membres arrachés de prospecteurs entassés derrière un bloc antique.


Sur le qui-vive, nos deux nains avancèrent prudemment dans les ruines exhumées. Ils prirent le temps d’observer les blocs gravés de glyphes. Macheferrac doutait de l’origine titane du site.

« Ces grandes colonnades là-bas, ça pourrait évoquer l’architecture des Titans à un novice, mais quand on y regarde de près, on voit beaucoup plus de symboles rattachés au serpent ou un dieu-serpent, et ces glyphes ont indéniablement quelque-chose de troll ! Je pense qu’il devait y avoir un empire troll ici avant qu’ils ne se replient dans le désert de Tanaris au sud. »

En progressant, ils se trouvèrent soudain face-à-face avec le tristement célèbre "prédateur" qui défrayait la chronique.


Le Troll était surpris en train de se repaître de deux Nains à l’ombre d’un énorme monolithe. Il disparut bien vite entre les blocs.

« Quelle horreur ! Depuis quand la Horde envoie-t-elle des Trolls cannibales pour aider les Taurens ? commenta Tido avec un haut-le-cœur
- Justement, ce n’était pas un Troll de la Horde ! As-tu remarqué ? C’était une momie vivante, sûrement un puissant sorcier ramené de la tombe par sa foi dans leur dieu des morts, comme j’en ai vus à Zul’Farrak ! fit remarquer Macheferrac
- Serait-il possible que cette momie ait été libérée par erreur par les fouilles ?
- Au moins ça prouverait ma théorie sur l’origine de cette cité ! »


Macheferrac inspecta le coffre abandonné par les victimes. Rien que des fragments peu significatifs, mais le Troll avait visiblement inspecté sans ménagement le contenu. Que cherchait-il ?
Ils firent encore quelques pas, pour s’assurer que le monstre avait bien pris la fuite.

Mais la momie bondit entre les blocs et surgit face à aux, leur barrant la route.



« Délissssscieux petits Nains ffffouineurs ! »

Les deux compères, terrifiés par la vision de ce mort-vivant gigantesque, firent quelques pas en arrière.


« C’est vous qui avez proffffané Zul’Farrak ! Vous qui avez subtilisé les ffffétiches-jumaux ! Les enfants de Mueh’Zala !! »

« Halte là ! » cria une téméraire prospectrice à peine arrivée qui se jetait sur le Troll.
Le zombie n’eut même pas besoin de son épée antique pour déchirer la cage thoracique de la malheureuse en projetant des éclairs ténébreux.



Il se tourna vers Macheferrac et Tido, et jeta à terre, à côté de lui, la tête réduite d’un aventurier.


« Tous ! Tous ceux qui sont complices de l’enlèvement des enfants de Mueh’Zala, Atoï va les retrouver ! Et il leur reprendra les fétiches ! Et il s’occupera de leur tête ! Ha ha ha ha ! »

Les deux Nains se regardèrent, et aussitôt ils comprirent que cet "Atoï" était à la recherche des figurines de Mueh’Zala, les statuettes rituelles animées ramenées de Zul’Farrak par une des premières expéditions de leur Ligue... et dans laquelle tous deux étaient impliqués !
« Tido, mon vieux, on dirait que les visions d’Ouragan-bleu sur cette malédiction farraki étaient fondées…
- Ce nécromant est venu pour nous ! Et ça explique la disparition mystérieuse de certains membres de cette expédition !
- Il faut vite se barrer d’ici !! »

Le chaman posa un totem spirituel offert par des Furbolgs et le déchaîna sur la momie le temps que le prêtre-mage courait ventre-à-terre chercher leur fusée gobeline.


Il revînt à temps avec pour permettre à Macheferrac de les arracher des griffes de l’abominable Furie-des-sables.


« Nous devons en informer le Conseil suprême au plus vite ! Et prévenir en priorité les membres restants de l’expédition de Tanaris !
- Il faut faire cesser ces horreurs ! Peut-être que le chef Ouragan saura quoi faire pour résoudre cette malédiction ? »

[/center]____


Quelques semaines plus tard, Ouragan-bleu se rendait à Gadgetzan, coeur du Cartel Gentepression implanté dans le désert de Tanaris. Il y avait été invité par un certain Zol’tym, de la tribu Casse-crâne.

[center]

Ce Zol’tym se présentait comme l’un des derniers vétérans d’une secte trolle mondiale aussi éphémère que redoutée, le clan Sombre-Mojo. Il confirma les soupçons d’Ouragan-bleu : Atoï, le nécromancien des sables de ses visions et de l’incident de Bael Modan, était un membre Sombre-Mojo lui-même. Or, il savait que les Sombre-Mojo étaient une émanation des partisans de Zul, ces nouveaux Zandalari qui déclaraient la guerre au monde entier.

Zol’tym avait été envoyé comme émissaire par le sorcier-zombie pour offrir à Ouragan-bleu et sa propre secte, la Racine-envoûtée, l’occasion de négocier sur la question des Fétiches-jumeaux.



L’apparente sincérité du berserker encouragea Ouragan-bleu à accepter l’offre de discussion, même s’il la trouvait surprenante de la part d’un féticheur de Mueh’Zala.
« Les derniers Sombre-Mojo ils sont dispersés dans le monde, mec. Aussi les plans des Zandalaris, Zol’tym saurait pas dire si c’est les bons. Zol’tym prêtera toujours ses lames à la cause des Trolls. Pour cette affaire de fétiches sacrés, faut vous entendre. »


Ouragan-bleu lui parla en chemin des alternatives qui s’offraient aux tribus trolles, prêchant pour la sienne. Car se fermer sur elles-mêmes ou s’unir sous la bannière de ceux de Zandalar conduisait à réclamer Azeroth sans partage pour les autres espèces, et donc à des guerres dont aucune ne sortirait vainqueur. Se laisser absorber par la Horde et la domination orque était encore moins enviable.


La rencontre devait avoir lieu après des heures de marche sur la côte du désert tanaride, dans une grotte sous-marine. Le haut-examinateur Ajaxandriel Givreciel avait été convié, à la condition qu’il ramène la statuette de Ratamahatta afin que le petit loa s’exprime de son plein gré sur sa situation et la cause qu’il soutiendrait : Sombre-Mojo ou Racine-envoûtée, impériaux zandalari ou sombrelances séparatistes.


Après quelques échanges d’arguments, Atoï exigea d’interroger la volonté du fétiche, seul à seul avec le haut-examinateur de la Ligue. Inquiet mais rassuré par l’assurance du Sin’dorei, Ouragan-bleu accepta la nouvelle condition du féticheur, à la condition que Zol’tym soit le garde impartial de la rencontre.

De longues minutes s’écoulèrent, sur cette place de Tanaris.
Ouragan-bleu observait le moindre signe, dans le flux et le reflux des vagues, le vol de quelques oiseaux de mer. Il essayait de parler à la Terre sous ce sable sourd, d’entendre ce que le vent avait à lui souffler, lui qui ne soufflait pas à travers la mer jusqu’à cette grotte...

Aveugle et sourd. Il n’aimait pas ça.
Le temps se faisait de plus en plus long. L’ombre du loa de la mort Mueh’Zala obscurcissait sa méditation. Après de longues minutes, Ouragan-bleu décida que rien ne pouvait plus aller sans qu’on ne l’ai rappelé. Quelque-chose ne tournait pas rond…
Au moment où il se levait pour sauter dans la mer, il aperçut deux corps qui remontaient à peu près à la hauteur de la grotte sous-marine.


« Mec ?! C’est pas trop tôt ! »

Aucune réponse, mais les deux se rapprochaient du bord.

Zol’tym, mortellement blessé, portait avec lui Ajaxandriel couvert de stigmates d’ombre vaudou et inconscient. Il déposa l’Elfe dans les bras d’Ouragan-bleu et s’effondra, rependant son sang toujours un peu plus dans la mer.


« Mec, hé mec !? Il s’est passé quoi ? Où est le fétiche ? Et où est le féticheur de la mort ?
- Parti… avec. Trahi… Il... Zandalar… Il a trahi la parole de l’esprit… Il a fait parler Mueh’Zala pour empêcher… »

Ouragan-bleu serra les poings, et jeta un regard inquiet à cet Elfe qui incarnait le pacte entre la Racine-envoûtée et une famille thalassienne.

Il se maudit d’avoir eu la naïveté de croire que le dialogue était possible avec le fanatique de Mueh’Zala. Le Sin’dorei pourrait être désenvoûté et soigné de ces magies noires.
Mais la vie du Casse-crâne s’en était déjà allée, sacrifiée à la mégalomanie du nécromancien.
Dans un dernier souffle, le berserker troll avait livré sa dernière volonté : être enterré parmi les siens, en Strangleronce.
Ainsi serait-il fait.

Une guerre dans les ombres, elle, ne faisait que commencer…


____

Retour à Zul’Farrak

Dans les premiers jours de juillet de l’an 33, pressé par des délégués de la Racine-envoûtée et des affaires qui s’amoncelaient par ailleurs, le haut-examinateur Ajaxandriel Givreciel se rendait à Gadgetzan afin de s’atteler sérieusement au dossier "Ratamahatta". Faisant appel à son garde familial Aegyr Givreflux ainsi qu’à l’agent "Féline", il prit la tête d’une nouvelle expédition dans les sables de Tanaris.


Les thalassiens atteignirent les abords de Zul’Farrak à la tombée du jour et décidèrent d’agir sans attendre.


Evitant les villages farrakis épars, ils contraignirent toutefois un indigène en patrouille à dévoiler les informations concernant ce grand nécromancien du désert dévoué aux Zandalaris.


Le groupe pénétra dans la cité en ruines et le haut-examinateur prit le temps de compléter ses notes tandis que l’agent fut envoyée en repérage.


Le contingent racine-envoûtée, représenté par le marabout Zodanga et le prêtre Yor’jin, se présenta.


Le groupe fut attaqué par des basilics des sables dressés qui furent rapidement neutralisés.


Leur progression fut un peu ralentie par quelques Trolls sentinelles qui furent fort heureusement distraites par les apparitions vaudou du prêtre.


Le sable vibrait de pulsations malsaines alors qu’ils s’enfonçaient au cœur de la cité, on crut d’ailleurs entendre une voix inquiétante résonner depuis le sol.
Zodanga s’employa à localiser l’autel de Mueh’zala, un site sacrificiel utilisé par le nécromancien recherché d’où rayonnait la sombre magie à travers ces ruines.



Ils furent rejoints par le relevé Hir’iong, dit "au Sombre sang", membre des Cavaliers des Ombres mais jadis Sombrelance, afin de venir à bout des zombis qui surgissaient du sable tel un rempart animé à l’autel impie.


Totalement contrôlé par le nécromancien Atoï, un zombie seul n’était pas bien plus dangereux qu’une marionnette à peine capable de tisser des flammes. Flammes que Zodanga n’eut aucun mal à retourner contre elle.


C’est entre des murs délabrés et des empilements de crânes que l’autel fut découvert, où s’affairait encore un ou deux esclaves momifiés.


Une fois mis hors d’état de nuire, nos trois Trolls tentèrent de briser la puissance du site en détruisant les offrandes. Un puissant maléfice les empêcha dans un premier temps, déviant la lame runique du relevé et les flammes du marabout, mais il fut démystifié par les prières du prêtre.


L’infâme nécromancien ressenti la profanation de son autel et on l’entendit hurler ses provocations et malédictions par-delà les murs. Le prêtre et le Haut-elfe furent assignés à la garde de l’autel durant la confrontation, tandis que les autres Trolls et le mage s’en allaient au-devant du dangereux sombre-mojo ainsi affaibli.
Ses sombres pouvoirs furent néanmoins assez forts pour accabler le relevé Hir'iong.



Voyant Ajaxandriel avec eux, il s’employa à l’éliminer une fois pour toutes, mais la magie du vent du haut-examinateur couplée aux attaques dévastatrices des deux autres Trolls le tint en respect suffisamment longtemps pour qu’il comprenne que ses heures étaient comptées.


Déterminé à mourir pour son dieu, Atoï n’en devenait qu’un adversaire plus dangereux et Ajaxandriel jugea bon de laisser ses alliés trolls s’en charger pendant qu’il libérerait le fétiche perdu de son emprise.


Il rejoignit donc l’agent sin’dorei à son service et se rendirent dans une grotte qu’il connaissait bien pour y avoir découvert la figurine de Ratamahatta deux ans auparavant.


La statuette se trouvait au même endroit.


Le haut-examinateur procéda à sa libération et vérifia son état.


Visiblement encore connectée à l’esprit troll qui l’animait, le "Ratamahatta", la figurine était capable de se mouvoir.


Ils quittèrent donc les lieux prestement pour retrouver le reste du groupe.


Il apparaissait qu’au terme d’un combat féroce, les deux trolls étaient venus à bout du nécromancien furie-des-sables.


Le marabout Zodanga vérifia à son tour l’authenticité et l’intégrité de la statuette du Ratamahatta.


Il révéla alors que son fétiche-jumeau, la représentation du loa Hamaca, esprit du sommeil et de l'oubli - qu'ironiquement tout le monde avait oublié - était en sa compagnie tout ce temps, livré par Acedia et son éminence grise De Corbeaulieu. En effet, lors de la première expédition, c’est bien deux fétiches qui avaient pu être libérés des sables.


Il révéla au Sin’dorei que les travaux d’Acedia et la mise en place de la première expédition avait été commanditée par "le Cardinal" de Corbeaulieu pour tenter de saper l’éventuel ralliement des esprits farraki aux zandalari. Si le haut-examinateur avait pu conserver la statuette de Ratamahatta jusqu’à ce qu’elle soit reprise par Atoï, le Hamaca était resté entre les mains du Conseil suprême et de la Racine-envoûtée, engageant dans les ombres un bras de fer avec les forces zandalari pour la mainmise simultanée sur les deux fétiches.
« La balance elle a penché. » conclut le marabout.
La dépouille d’Atoi déjà desséchée par la non-mort fut laissée à la voracité de basiliques locaux et ses restes ensevelis sous le sable.


Aegyr, qui revînt en enjambant les monceaux de zombis des sables qu’il avait dû contenir, et l’ensemble du groupe, purent quitter les lieux au travers d’un portail magique.

Ajaxandriel et ses Thalassiens allaient enfin pouvoir s'occuper de leurs propres affaires, enquêter en Pandarie sur la disparition du Régisseur Dar'Salan et l'implication du Kirin Tor dans la disparition de la Vraie Dalaran.





Spoiler:
 


Dernière édition par Ajaxandriel le Ven 13 Sep - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ligueseparatiste.guildjdr.com
 
[Intervention] La malédiction d'Atoï la Momie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ligue séparatiste / Ligue des séparatistes :: Écrits d'Azeroth et de Draenor (Rubriques roleplay) :: Mémoires et comptes-rendus-
Sauter vers: