La Ligue séparatiste / Ligue des séparatistes

Guildes de roleplay intégral (RPvE) @ KirinTor
 
AccueilCodexS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Exploration] [Politique] Fin d'un cataclysme, renaissance d'un mont sacré : Hyjal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ajaxandriel
Haut-examinateur
Haut-examinateur
avatar

Messages : 829
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 30
Localisation : Ruines de Lune-d'Argent

MessageSujet: [Exploration] [Politique] Fin d'un cataclysme, renaissance d'un mont sacré : Hyjal   Mar 2 Oct - 21:28

Citation :
Par Ajaxandriel

Une nouvelle ère s'ouvre, Aile-de-Mort mortellement frappé par ceux qui ont refusé de voir ce monde s'effondrer sous sa colère.
Ces temps de menace quotidienne prennent fin. Cela aura été l'occasion de gagner la sympathie des peuples autochtones de nombreuses contrées, dont ces Elfes nocturnes qui vénèrent le Mont Hyjal. J'ai été marqué par les récits des évènements qui eurent lieu dans ces montagnes il y a une décennie, rapportés par ceux qui y prirent part d'une façon ou d'une autre. Mais ce n'est pas de ces histoires dont il s'agit aujourd'hui, mais de celle que nous écrivons au présent. Ouragan-bleu, au retour de son voyage en Norfendre, fut convoqué par les sages de la Horde. Ceux-ci l'informèrent d'une requête des défenseurs du Mont Hyjal.


Les actions de la Ligue naturaliste allaient prendre une nouvelle envergure : les Gardiens d'Hyjal souhaitaient rencontrer le grand cacique Ouragan-bleu. Il ne tarda pas à rejoindre Reflet-de-Lune grâce à sa magie, où on lui indiqua qu'il était attendu au fameux mont sacré, là où se situait l'Arbre-monde, Nordrassil, et qu'en tant que druide et important allié du Cercle cénarien, il allait être mis au courant de la situation.


C'est un dragon d'Emeraude qui lui offrit l'honneur d'un transport rapide à Hyjal.


Le survol de certaines parties des montagnes lui donnèrent le triste spectacle des blessures infligées par la secte du Crépuscule : forêts calcinées, refuges incendiés...


A Nordrassil, il fut accueilli par Morgonok, cet Orc qui avait rallié la cause
, il y avait de cela un an et demi. Il le conduisit auprès des personnes qui souhaitaient s'entretenir avec lui. Parmi elles siégeait le grand Thrall, sûrement le plus puissant chaman de ce monde. Ouragan-bleu, comme son chef de tribu Vol'jin, et comme ce Morgonok, avait gardé un profond respect pour l'ancien Chef de Guerre de la Horde.


Nous n'avons pas connaissance de la teneur exacte de leur entretien. Mais une chose est sûre : les factions libres de la Ligue voulues par le grand cacique allaient enfin être formellement associées aux opérations conjointes du Cercle terrestre et du Cercle cénarien.

En tant que haut-examinateur de la Ligue, et élémentaliste à mes heures, tout ceci allait me conduire vers ce mont lointain et empli de légendes...

Citation :
Convoqué à mon tour au pied de l'immense Arbre-monde - Nordrassil, la Couronne céleste, comme l'appellent les Elfes nocturnes dans leur dialecte - on m'amena devant la maîtresse du plan naturel, le Rêve d'Emeraude. Ysera, matriarche des dragons verts, qu'on appelle l'Aspect de la Nature. Ouragan-bleu voyait en elle l'un des plus grand loas du panthéon kalimdoréen... aussi important que Shango, le fameux loa patron de son ancienne vie en Strangleronce. C'était peu dire.
Mais pour moi, elle n'en restait pas moins une dragonne. Une de ces créatures reptiliennes investies des pouvoirs des Titans et capables d'usurper l'apparence des mortels.
Elle était là, tout en semblant véritablement absente, face à l'étendue d'eau sacrée du lac, ce second puits d'éternité, et entourée de nombreux druides en communion. Je n'avais nulle intention de devenir un de ces serviteurs du Rêve sous la coupe des dragons.
Mais en tant que naturaliste, j'étais conscient de rencontrer la sainte patronne du monde sauvage, gardienne multimillénaire de l'ordre naturel, fusse-t-elle un de ces monstres écailleux.
De plus, je me trouvais enfin devant le lac qui avait irrigué le monde en arcanes, ce lac enchanté né par l'antique sauvetage de la magie du premier Puits d'éternité par Illidan... Ce Puits d'éternité, qui était aussi la source originelle, la matrice à partir de laquelle notre Puits de soleil fut érigé par les fondateurs de Quel’Thalas. Celui-là était quant à lui la source des innombrables puits de lune des Elfes nocturnes.
En tant qu'Elfe, j'étais conscient aussi de devoir la vie, ma vie, et celle de mes ancêtres, à ces eaux.

Ysera s'adressa d'une voix lointaine, comme perdue dans la brume, ou peut-être le faisait-elle par la pensée... Cela est encore confus. Elle évoqua les temps antiques, où les ancêtres Givreciel auraient été les alliés des siens, les dragons verts, ainsi que des dragons bleus. Ceux qui avaient forgé Quel'falor, notre épée héréditaire...
Difficile d'imaginer une telle époque, sachant ce que les dragons bleus devinrent de mon vivant. Elle indiqua que d'autres membres de la Ligue naturaliste avaient apporté leur aide avant moi, et qu'elle avait toute confiance en nous depuis.

J'étais parfaitement disposé à apporter volontairement toute aide compatible avec mes compétences, mais elle me proposa spontanément de me révéler certaines choses en échange de mes actions. Une sorte de marché. Qui étaient mes ancêtres en ce temps-là ? Où en trouver des renseignements tangibles ? Et comment améliorer l'usage des eaux de lune pour traiter notre addiction magique ?

Ma mission devait me conduire à un sanctuaire au beau milieu des forêts du Mont, là où les créatures des bois étaient menacées par les flammes élémentaires déchaînées par la secte.
Mais, toujours sous la surveillance assez inconfortable de Père, j'y serai également rejoint par une garde cavalier-sombre.

En arrivant, je remarquai immédiatement un de ces mystérieux puits de lune, qui irradiait le sanctuaire de sa douce énergie.
Mais plus étonnante encore était la créature à qui je devais apporter de l'aide. C'était une nymphe, similaire aux dryades que j'avais aperçues dans les Serres-rocheuses. Je fus frappé et même ému par l'impression de naïveté et de pure bonté naturelle que dégageait cette créature.


Elle implorait pour qu'on sauve les petits animaux forestiers des flammes. Des faons étaient piégés, parfois blessés, loin de leurs mères.
Nous rassemblâmes autant de petits ongulés sans défense que possible, que je tâchais de soigner au mieux. J’admets que de confier une telle mission à la sombre cavalière qui m'escortait fut assez cocasse, et me mit de fort bonne humeur.


Sa présence fut en revanche appréciée lorsqu'il s'agit de terrasser un monstre enflammé, avatar de "Némésis", la corruption de l'Ancienne tortue Tortolla.
Un spécimen remarquable, mais malheureusement tout-à-fait intransportable...


Nous rencontrâmes un prisonnier de la guerre contre la Légion ardente, un satyre, un de ces Kaldorei transformé en démon, ici enchaîné par une puissante magie. Les druides me laissèrent toute latitude pour passer un marché avec ce satyre. En échange de quelques secrets utiles pour défaire les sbires de la secte du Crépuscule, je m'arrangeais pour lui obtenir la liberté. Naturellement, inutile de s'attarder sur ce point : Acedia et sa Contre-légion seront sûrement satisfaits d'apprendre que je leur trouve de nouveaux sympathisants…


Les jours qui suivirent amenèrent de nombreuses découvertes. Sur les espaces sauvages d'Hyjal, sur sa faune et sa flore, ses paysages, sa géographie, sur l'interférence avec le Plan du feu...
Ce fut l'occasion de me replonger quelque peu dans la magie du feu. Temporairement, juste pour la beauté du savoir, car là n'est pas ma prédilection.


Tout aussi intéressantes furent les visions des Anciens, ces esprits majeurs de l'antique magie et de la nature. L'apparition d'Aessina était une expérience ...féérique.


Les semaines passant, je voyais des terres jusque là brûlées, reverdir.
Les efforts de tous ces druides étaient admirables. Je ressentais peut-être pour la première fois une vraie grandeur à agir à leurs côtés. Agir pour préserver quelque-chose de plus grand, de plus lointain, de plus profond que ma simple place dans la société de Quel’Thalas.


Citation :
De retour d'une mission dans le lointain Plan de l'Air, qui me tînt éloigné d'Hyjal un moment, j'eus enfin l'honneur de rencontrer l'ancien chef de guerre de la Horde en personne.
L'esprit de l'honorable chaman avait été martyrisé et dispersé en de multiples phases de notre plan d'existence... Il fut presque touchant de constater à quel point sa compagne s'était démenée pour le faire sortir de cet éclatement spirituel.
Père avait décidément raison. Les Orcs peuvent montrer une certaine noblesse malgré leur rudesse primitive.

A mon retour donc, je rencontrai l'honorable et éminent Go'el, dit "Thrall", et sa compagne Aggralan à l'occasion d'une grande réception donnée pour célébrer leur récente union.


De nombreux puissants de ce monde étaient là réunis, y compris issus de l'Alliance : les dirigeants de la théocratie kaldorei Tyrande et Malfurion, et une haute magiocrate humaine, Jaïna Portvaillant, notamment. Des représentants des Cercles terrestre et cénarien, également.
J'espérais discrètement mentionner notre combat, celui de la Ligue naturaliste, celui pour un nouvel ordre du monde.

La présence de nombreux seigneurs draconiques, sous forme plus ou moins humanoïde, n'était pas pour me rassurer. Ils me jaugeaient d'un air méfiant, c'était évident !

Je puis néanmoins approcher Thrall, et lui présenter mes hommages, au nom de toutes les forces coalisées de la Ligue. Après tout, nous avions pris, comme lui, comme les chamans du Cercle terrestre, comme les druides cénariens, le parti de la neutralité. Et puisqu'apparemment aucun Gobelin n'était venu promouvoir notre idéal alternatif, notre "troisième camp"...c’était là mon rôle.


Il me répondit à peu près en ces termes, je vous prie de me croire !

« Noble Elfe, votre cause a toute ma sympathie. Ce que l'on raconte sur vos actions est parvenu jusqu'ici. Je ne suis peut-être plus Chef de guerre, mais soyez assuré que parmi la Horde on vous considère désormais à votre juste valeur. Et... s'il vous plaît, je sais combien Garrosh peut se montrer irritant, mais demandez à Jurakkan de rester aussi paisible qu'il puisse être.
- ...Vous voulez parler du grand chef Ouragan-bleu...? Jurakkan ? Vous...?... Oh. Bien, ce sera transmis.
- Répondre à l'emportement par l'emportement n'est pas la voie de la sagesse, et il le sait bien. J'ai confiance en vous. Allez, et faites honneur à l'équilibre que vous défendez ! Lok'tar voyageur. »



Dernière édition par Ajaxandriel le Ven 13 Sep - 1:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ligueseparatiste.guildjdr.com
 
[Exploration] [Politique] Fin d'un cataclysme, renaissance d'un mont sacré : Hyjal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ligue séparatiste / Ligue des séparatistes :: Écrits d'Azeroth et de Draenor (Rubriques roleplay) :: Mémoires et comptes-rendus-
Sauter vers: